Les interventions à poser sur la silhouette visent à redessiner finement différents endroits du corps, en travaillant sur des modifications de contours et de volumes, en visant à regagner une morphologie globale plus harmonieuse.

Ces interventions sont multiples et variées. En fonction de vos desiderata et de votre spécificité, le praticien dispose d’une série de techniques qu’il peut combiner à sa guise, qu’elles soient chirurgicales ou non. Lors de la consultation préparatoire, il pourra déterminer la combinaison la plus adaptée pour l’obtention d’un résultat optimal.

Surcharge graisseuse – Lipoaspiration

La lipoaspiration a pour but de supprimer radicalement et définitivement les surcharges de graisse localisées.

Les indications les plus communes

Surcharges graisseuses localisées (au niveau des hanches, de l’abdomen, des cuisses, des genoux, des chevilles, des bras ou du cou) ne disparaissant pas malgré un régime alimentaire ou l’exercice physique.

Avant l’intervention

Le bilan pré-opératoire est réalisé conformément aux prescriptions et la rencontre avec le médecin anesthésiste se fait au plus tard 48 heures avant l’intervention.
JOUR J – 30 : Il est vivement recommandé d’arrêter de fumer.
JOUR J – 10 : Aucun médicament contenant de l’aspirine ou des anti-inflammatoires ne peut plus être pris.
Certains types d’anesthésie requièrent d’être à jeun 6 heures avant l’intervention.

L’intervention

Durée moyenne : entre 30 minutes et 2 heures.

Les incisions sont courtes et discrètes, car le plus souvent cachées dans un pli naturel. La graisse est aspirée à l’aide de canules, la quantité de graisse aspirée étant adaptée à la qualité de la peau sous-jacente. En fin d’intervention, une gaine de contention est mise en place (lipopanty).

Après l’intervention

Les suites opératoires sont modérément douloureuses et un œdème (gonflement) ou des ecchymoses (bleus) peuvent se produire. Pendant quelques semaines ou mois, une sensation de « peau endormie » peut se manifester.

La gaine de contention doit être portée jour et nuit pendant un mois à 6 semaines.

La reprise du travail dépend du type d’activité professionnelle, mais peut être envisagée dès le 3e jour pour un travail léger. Les activités sportives peuvent quant à elles être reprises vers la 4e semaine.

Le résultat

Un délai de 6 mois est nécessaire pour juger du résultat, même si on peut déjà constater un net changement après 6 semaines.

En complément à la première consultation, vous recevrez une fiche d’information complète à propos de l’intervention, à lire attentivement afin de prendre votre décision en toute connaissance de cause.

Relâchement de la face interne de la cuisse – Lifting crural

Le lifting de cuisse consiste à retendre la peau située sur la face interne de la cuisse.

Les indications les plus communes

La peau située sur la face interne de la cuisse est relâchée.

Avant l’intervention

Le bilan pré-opératoire est réalisé conformément aux prescriptions et la rencontre avec le médecin anesthésiste se fait au plus tard 48 heures avant l’intervention.

JOUR J – 30 : Il est vivement recommandé d’arrêter de fumer.
JOUR J – 10 : Aucun médicament contenant de l’aspirine ne peut plus être pris.

Certains types d’anesthésie requièrent d’être à jeun 6 heures avant l’intervention.

L’intervention

Durée moyenne : 1 heure 30.

L’incision est faite près du pli de l’aine et se poursuit du côté interne supérieur de la cuisse, pour se terminer à la hauteur du pli fessier. Une lipoaspiration est effectuée pour permettre de retendre la peau. La peau en excès est retirée et une fixation est réalisée en profondeur pour maintenir la correction de l’affaissement. La cicatrice se trouve cachée dans un pli naturel et reste donc discrète.

Pour terminer, un pansement est réalisé et une gaine de contention est mise en place (lipopanty).

Après l’intervention

Des ecchymoses (bleus) et un œdème (gonflement) peuvent apparaître, mais ceux-ci disparaitront dans les 10 à 20 jours suivant l’intervention. Les douleurs sont peu importantes, seule une sensation de tiraillements et d’élancements pouvant se faire sentir. Durant la période de cicatrisation, il convient d’éviter tout mouvement d’étirement brutal.

En fonction du type d’activité exercée, le travail peut être repris après 1 à 3 semaines.

Le résultat

Un délai de 6 à 12 mois est nécessaire pour apprécier le résultat. Les cicatrices sont habituellement discrètes, d’autant qu’elles sont cachées dans un pli naturel.

En complément à la première consultation, vous recevrez une fiche d’information complète à propos de l’intervention, à lire attentivement afin de prendre votre décision en toute connaissance de cause.

Relâchement de la face interne du bras – Brachioplastie

La brachioplastie consiste à retendre la peau au niveau de la face interne du bras.

Les indications les plus communes

La peau située sur la face interne du bras est relâchée.

Avant l’intervention

Le bilan pré-opératoire est réalisé conformément aux prescriptions et la rencontre avec le médecin anesthésiste se fait au plus tard 48 heures avant l’intervention.
JOUR J – 30 : Il est vivement recommandé d’arrêter de fumer.
JOUR J – 10 : Aucun médicament contenant de l’aspirine ne peut plus être pris.
Certains types d’anesthésie requièrent d’être à jeun 6 heures avant l’intervention.

L’intervention

Durée moyenne : 1 heure.

L’incision est faite dans un des plis de l’aisselle, de façon horizontale ou longitudinale, selon la technique choisie par le chirurgien. La peau en excès est retirée et la suture est réalisée dans le creux de l’aiselle.
Pour terminer, un pansement compressif est réalisé.

Après l’intervention

Des ecchymoses (bleus) et un œdème (gonflement) peuvent apparaître, mais ceux-ci disparaitront dans les 10 à 20 jours suivant l’intervention. Les douleurs sont peu importantes, seule une sensation de tiraillements et d’élancements pouvant se faire sentir. Durant la période de cicatrisation, il convient d’éviter tout mouvement d’étirement brutal.
En fonction du type d’activité exercée, le travail peut être repris après 1 à 3 semaines.

Le résultat

Un délai de 6 à 12 mois est nécessaire pour apprécier le résultat. Les cicatrices sont habituellement visibles, principalement si l’incision a été réalisée de façon longitudinale.

En complément à la première consultation, vous recevrez une fiche d’information complète à propos de l’intervention, à lire attentivement afin de prendre votre décision en toute connaissance de cause.

Restauration des volumes et des formes – Lipostructure

La lipostructure à pour but de traiter des dépressions (creux) naturelles, post-traumatiques ou malformatives en réinjectant de la graisse prélevée sur le patient lui-même.

Les indications les plus communes

  • Le comblement et l’atténuation de certaines rides, notamment au niveau du visage
  • La restauration de « la plénitude » d’un visage amaigri ou lors des premiers stades du vieillissement facial (notamment les lèvres)
  • La restauration du volume et des formes du visage : il peut s’agir notamment de la restauration d’un visage émacié par le vieillissement
  • Le comblement d’une dépression tissulaire à la suite d’un traumatisme ou d’une malformation
  • La correction d’irrégularités secondaire à une lipoaspiration

Il faut cependant garder à l’esprit que la lipostructure doit toujours être considérée comme une véritable intervention chirurgicale qui doit être réalisée par un chirurgien plasticien compétent et qualifié, formé spécifiquement à ce type de technique et exerçant dans un contexte réellement chirurgical.

Avant l’intervention

Etude minutieuse, clinique et photographique, des corrections à apporter. Notamment en matière de rajeunissement facial, il faudra avoir étudié, sur des photographies de jeunesse, comparées à l’état actuel, les modalités du vieillissement.
Si une anesthésie profonde est requise, le bilan pré-opératoire est réalisé conformément aux prescriptions et la rencontre avec le médecin anesthésiste se fait au plus tard 48 heures avant l’intervention.
JOUR J – 10 : Aucun médicament contenant de l’aspirine ou des anti-inflammatoires ne peut plus être pris.

L’intervention

Durée moyenne : entre 30 minutes et 2 heures.

La lipostructure suit le schéma suivant :

  • On commence par procéder à un repérage précis des zones de prélèvement de la graisse, ainsi que des sites de réinjection.
  • Le prélèvement du tissu graisseux est effectué par une micro-incision cachée dans les plis naturels, à l’aide d’une très fine canule d’aspiration.
  • On procède ensuite à une centrifugation de quelques minutes, de manière à séparer les cellules graisseuses intactes des éléments qui ne sont pas greffables.
  • La réinjection du tissu graisseux se fait à partir d’incisions de 1à 2mm à l’aide de micro-canules.

Après l’intervention

En règle générale, les douleurs post-opératoires sont peu importantes. Un œdème (gonflement) apparaît pendant les 48 heures suivant l’intervention et mettra en général 2 à 3 semaines à être totalement résorbé. Des ecchymoses (bleus) apparaissent dans les premières heures : elles se résorbent dans un délai de 10 à 20 jours après l’intervention. Les régions opérées ne peuvent pas être exposées au soleil ou aux U.V. avant 4 semaines au moins.

Le résultat

Un délai de 3 à 6 mois est nécessaire pour apprécier le résultat.
Dans la mesure où la greffe des cellules graisseuses a effectivement prise, ces cellules restent vivantes aussi longtemps que restent vivants les tissus au sein desquels elles ont été greffées. Cependant, le résultat se détériorera progressivement, du fait de la poursuite naturelle du vieillissement de ces mêmes tissus.
Dans quelques cas, des imperfections localisées peuvent être observées mais celles-ci sont accessibles à un traitement complémentaire : petite « retouche » de lipostructure sous simple anesthésie locale à partir du 6e mois après l’intervention.

En complément à la première consultation, vous recevrez une fiche d’information complète à propos de l’intervention, à lire attentivement afin de prendre votre décision en toute connaissance de cause.